Accueil Moyen-Orient Mal de dos à Doha

Mal de dos à Doha

20 min read
0
0
40
Travelers' Map is loading...
If you see this after your page is loaded completely, leafletJS files are missing.

 
Un projet d’hydrogéologie me conduit pour la seconde fois à Doha, au Qatar. La première fois, en transit, je n’avais connu que l’aéroport.

Liens rapides :

Visite des gouffres

Lusail
   La marina de Lusail
   Le quartier de la Place Vendôme
   Al Maha Island

Doha

Carte des lieux visités

 

VISITE DES GOUFFRES

Accompagné par des collègues français et locaux, je visite quelques gouffres karstiques du pays. On les appelle « sinkholes » ici. Avec l’érosion dûe à l’eau, le calcaire s’effrite puis se dissout, provoquant à la longue des effondrements et la formation de trous plus ou moins gros qui peuvent conduire à des gouffres.
Des collègues féminines nous accompagnent également, en voiture séparée cependant.
Les femmes sont venues dans une voiture séparée

Certains effondrements se produisent même en pleine ville, comme le gouffre de Al Hamam en plein Doha.
L'entrée du gouffre de Al Hamam

A l’intérieur du gouffre d’Al Hamam.
A l'intérieur du gouffre d'Al Hamam

Le fond est rempli d’eau. Oui, il y a de l’eau souterraine au Qatar! Et ça pose même de nombreux problèmes pour les fondations des immenses bâtiments qui poussent un peu partout à Doha.
Il y a de l'eau au fond du gouffre

Je me bloque le dos en remontant. Dire qu’on est le premier jour! Je vais traîner ce mal de dos tout au long de la semaine de mission. Heureusement, ici, on peut trouver des médicaments à des doses de cheval sans ordonnance, qui en plus arrivent par coursier à moto.

Direction ensuite le centre du pays, au milieu du désert, pour atteindre le gouffre de Misfir.
Ce désert-là est constitué de graviers et cailloux, rien à voir avec le magnifique Wadi Rum de Jordanie…
Panneau explicatif à l'entrée du gouffre de Misfir

La petite équipe descend au fond du gouffre. A l’intérieur, on retrouve les différentes strates de calcaire.
La petite équipe descend au fond du gouffre
A la sortie, on nous amènera du thé et des gâteaux.

 

LUSAIL

Nous sommes hébergés à Lusail, une ville nouvelle située immédiatement au nord de Doha. Sa construction a commencé en 2006 sur le site du premier fort de l’émirat établi au début du XIXe siècle par le cheikh Jassim al-Thani. C’est là qu’a eu lieu la finale de la coupe du monde de football 2022 perdue par la France contre l’Argentine aux pénalties, grrr…

Vue sur Lusail depuis le 24e étage de la Burj Marina Tower, où sont nos bureaux. On aperçoit dans le fond les 4 tours du Lusail Plaza Complex.
Vue sur Lusail depuis le 24e étage de la Burj Marina Tower

Depuis ma chambre au 17e étage du Velero Hotel, on fait face à Rafael Nadal qui apparaît sur les Al Jaber Twin Tower. On aperçoit également le centre commercial « Place Vendôme » sur la gauche. Rafael Nadal est la tête d’affiche du prochain tournoi de tennis de Doha. Mais, blessé, il ne viendra pas finalement.
Rafael Nadal apparaît sur les Al Jaber Twin Tower

Les Al Jaber Twin Towers ont coûté 125 millions de dollars. L’hôtel Velero, en forme de ballon de rugby, apparaît sur la gauche des tours jumelles.
Hôtel Velero et Al Jaber Twin Towers

La marina de Lusail

Lusail dispose d’une marina, que l’on peut découvrir à l’occasion d’une agréable promenade (du moins en février, où les températures restent raisonnables) le long de la corniche.

La marina abrite de beaux bateaux, comme le yacht Lusail Queen. Dans le fond, on aperçoit la grande roue de Lusail Winter Wonderland et les Katara Towers.
Yacht Lusail Queen

Lusail Winter Wonderland est bâti sur une île, Al Maha Island, que l’on aperçoit depuis la Marina.
Vue sur Lusail et Al Maha Island depuis la Marina

Au bout de la corniche, on se rapproche des Katara Towers. On ne peut pas les louper !
Vue sur les Katara Towers depuis la Marina de Lusail

Vues de près, elles sont encore plus impressionnantes.
Katara Towers

Les architectes ont réussi à intégrer les sabres cimeterres traditionnels du sceau national du Qatar dans une paire de tours arquées symétriquement s’élevant de 36 étages depuis le niveau du podium jusqu’à une hauteur de 211 mètres. La construction des Katara Towers a coûté 600 millions de dollars.
Katara Towers

Le quartier de la Place Vendôme

Le jour revenu, on peut s’aventurer à « Place Vendôme », un centre commercial extravagant qui s’inspire de l’architecture française classique. A l’intérieur, les noms de rues sont parisiens (champs élysées, etc) ainsi que les boutiques chics.
Place Vendôme

Place Vendôme

Le complexe de la place Vendôme abrite un immense hôtel, le Royal Méridien.
Hôtel Le Royal Méridien

Non loin de là se trouve un autre hôtel, le Waldorf Astoria.
Hôtel Waldorf Astoria

On se rapproche de Lusail Plaza Complex vu tout à l’heure de loin. Lusail Plaza Complex, ou Lusail Plaza Towers, est un ensemble de 4 tours sur la place Al Sa’ad de Lusail. Les deux plus grandes tours font 301m de haut, les 2 autres 215m. Elles ont été construites de 2020 à 2023 et ont coûté 530 millions de dollars.
Lusail Plaza Towers

On retrouve tout de même un peu d’humanité à côté de tout ce gigantisme, avec ce pêcheur dans le canal qui relie le littoral à la place Vendôme.
Pêcheur

Al Maha Island

Une nuit, on se dirige vers l’île Al Maha, où se trouve notamment Lusail Winter Wonderland et sa grande roue.
Lusail Winter Wonderland et sa grande roue

Depuis Al Maha island, on a une belle vue sur la marina de Lusail et le front de mer.
Vue étendue depuis le nord de la marina de Lusail

On peut voir sur la gauche mon hôtel Velero, toujours en forme de ballon de rugby. Sur la droite, sous les lasers, se trouve la place Vendôme.
Vue de nuit sur Lusail depuis Al Maha Island

Zoom sur la place Vendôme, le centre commercial illuminé. Derrière, en bleu, se profilent les 4 tours du Lusail Plaza Complex.
Le centre commercial Place Vendôme illuminé

Arrivés au bout de Al Maha Island, on jette une dernière fois un oeil sur les gratte-ciels de Lusail.
Les gratte-ciels de Lusail vus depuis le sud de Al Maha Island

Dans la continuation du style tape-à-l’oeil, on croise à Al Maha Island beaucoup de voitures de luxe, et même une Rolls Royce Silver Shadow.

 

DOHA

Avec 1,2 millions d’habitants (2 millions dans l’aire urbaine), Doha est de loin la principale ville du Qatar, qui ne compte au total que 2,5 millions d’habitants. Doha est bien entendu la capitale du Qatar, depuis 1971, date de l’indépendance. Elle a été fondée en 1850 sous le nom de Al-Bida’a. Au centre-ville, près du souq Waqif, se trouve encore un bâtiment datant de cette époque.

Depuis Lusail, on prend le « tramway » puis le métro pour aller jusqu’au souq Waqif. Le tramway est souterrain, donc en fait ressemble très fort au métro. Tramway comme métro sont propres, modernes et ponctuels, wow !
Le souq Waqif ne ressemble pas vraiment aux autres souqs vus au Maghreb ou au Moyen-Orient. Ici ça reste propret et bien rangé, mais coloré tout de même.
Souq Waqif
© Maraya Tours

Le souk est assez étendu. Il est composé de ruelles étroites couvertes, avec des magasins de tissus, vêtements, chaussures, parfums, épices, bijouterie, objets en bois et même des dromadaires sur l’esplanade attenante.
On trouve enfin ici un peu de production locale dans ce pays qui manque en général d’authenticité, où la plupart des produits sont importés et où on sent que tout est fait pour impressionner.
Je ramène des parfums aux senteurs exotiques capiteuses, je pense qu’ils sont locaux !
Marchand de parfums au Souq Waqif
© Asergeev.com

Depuis le souq, on se dirige vers la Corniche de Doha et Dhaw Harbour. En chemin, on passe à côté de Al Fanar Qatar Islamic Cultural Center, une mosquée et un centre culturel en forme de gâteau de mariage.
Al Fanar Qatar Islamic Cultural Center

Pour aller vers Dhaw Harbour, il faut tout d’abord traverser l’énorme boulevard « Al Corniche ». On tente la traversée à pied mais c’est impossible ! On se rabat vers un passage souterrain un peu plus loin. De l’autre côté du boulevard, sur le front de mer, trône The Pearl Monument (la fontaine aux perles). C’est très kitch ! La sculpture de la fontaine représente une huître géante ouverte présentant une perle massive dans sa bouche. Elle fait référence à la culture perliere qui était la principale activité des Qataris avant que le gaz ne fasse leur richesse.
The Pearl Monument

Une fois arrivés sur Dhaw Harbour, on a une vue périphérique sur Doha.
Vue sur Doha de nuit depuis Dhaw Harbour

Juste à l’Est de Dhaw Harbour se trouve le Musée d’art islamique de Doha. C’est le plus grand musée du Qatar, construit sur une île artificielle dans la baie de Doha pour un coût de 350 millions de dollars. Oeuvre de l’architecte américain d’origine chinoise Ieoh Ming Pei (l’architecte de la Pyramide du Louvre), il a été inauguré en 2008.
Musée d'art islamique de Doha

Dhaw Harbour est l’endroit idéal pour admirer la « skyline » de Doha, surtout la nuit. Si vous avez de bons yeux, vous verrez le chat noir et blanc qui s’est glissé sur l’image au premier plan à droite.
Doha skyline

Doha skyline

Doha skyline

Doha skyline

Vue du ciel, la skyline de Doha et ses environs restent tout aussi impressionnants.
Doha skyline

Un peu plus au Nord se trouve « The Pearl », une île artificielle de grand luxe. Pas mal non plus ! Sa construction a demandé des travaux pharaoniques ayant coûté plus de 15 milliards de dollars.
The Pearl island vue du ciel

 
On parle beaucoup dans cet article du coût de la construction des bâtiments, car on dirait que le coût est leur caractéristique principale et que c’est une fierté qu’ils aient coûté aussi cher. Il faut reconnaître cependant que les aménageurs se sont fait plaisir au niveau architecture, et qu’ils ont fait appel aux plus grands architectes en leur laissant exprimer toute leur créativité. Je ne suis pas fan des gratte-ciels mais je trouve que la skyline est particulièrement réussie.

Chaque famille qatari touche une importante rente de la naissance d’un enfant jusqu’à sa majorité. C’est utile pour investir, mais pas pour motiver à travailler ! De fait, nous croisons tout un tas de travailleurs étrangers, qu’ils soient ouvriers ou employés (et même fonctionnaires) : soudanais, palestiniens, indiens, pakistanais, bengladais, suisses, anglais, français… mais nous n’avons jamais à traiter avec des Qataris. Il faut dire qu’ils sont peu nombreux et minoritaires dans leur propre pays (environ 400 000 qataris sur 2,5 millions d’habitants au total). On les reconnait à leur tenue vestimentaire, blanche pour les hommes, noires pour les femmes.

  • Kinshasa 2

    Kinhasa 7 ans après

      Je suis de retour à Kinshasa 7 ans après ma première visite. Voyons si les choses o…
  • Lusaka

    Projet ZimZam, étape 2 : Lusaka

      Après la semaine initiale à Harare, la 2e semaine en Afrique australe anglophone du…
  • Harare

    Projet ZimZam, étape 1 : Harare

      La première mission du projet « ZimZam » nous réserve une semaine à Harare au Zimba…
Plus d'Articles liés
Plus d'Articles de thivi
Plus d'Articles sur Moyen-Orient

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Une journée et une nuit dans le désert de Wadi Rum

  Après Petra, cap sur le désert du Wadi Rum en suivant la route 35, la « Route des R…